Au Fil du Temps

Au Fil du Temps

Menu
Génies et démons.

Génies et démons.

PAZUZU. Mésopotamie. Ier millénaire av.J.C. Paris. Musée du Louvre.( h.8,5 cm)

En matière de démon, cette figurine en bronze me paraît fascinante mais elle n'est pas étrusque...Elle appartient au panthéon mineur mésopotamien. Une inscription identifiant Pazuzu couvre l'arrière des ailes :

"Je suis Pazuzu, fils de Hanbu, le roi des démons Lilù : j'ai gravi les montagnes les plus puissantes, elles tremblèrent; les vents contraires allant en direction de l'ouest, je brisai leurs ailes."

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, Pazuzu, ce monstre à la queue de scorpion, aux ailes et aux serres de rapace, n'est pas un démon méchant. Il a même un rôle bénéfique puisqu'il protège les humains des vents pestilentiels et chasse la terrible démone Lamashtu qui provoque toutes dortes de maladies et s'attaque aux femmes enceintes et aux nouveaux-nés.

Il appartient simplement au monde surnaturel comme les démons étrusques qui seront présentés en exemples.

Démon à tête de chien. Statuette funéraire en bronze du VIè s. av. J.C. (4,5x1,2x3,4) Staatliche Museen zu Berlin.

Démon à tête de chien. Statuette funéraire en bronze du VIè s. av. J.C. (4,5x1,2x3,4) Staatliche Museen zu Berlin.

Il est vrai que ce n'est qu'à partir du Vè s. av. J.C. que les peintures funéraires étrusques présentent de plus en plus de créatures impressionnantes : monstres ailés à trois têtes, à quatre pattes d'oiseaux, démons fourchus et cornus armés de bâtons et faisant subir aux pauvres morts mille tourments. On en trouve aussi sur des reliefs d'urnes ou de sarcophages et sur quelques vases à figures noires.

Ces apparitions impressionnantes illustrent les préoccupations des Etrusques en ce qui concerne le monde de l'Au-delà. Les défunts allaient rejoindre les Enfers...

Nous verrons, en étudiant plus tard et plus loin, l'évolution de l'art funéraire étrusque que ces démons, ces forces maléfiques n'ont pas toujours été si présents...

Démons se saisissant d'une âme.(d'après une peinture étrusque)

AITA/Hadès/Pluton.

Le dieu des morts. Le démon-loup, le loup étant considéré comme une bête "infernale", porte aussi des griffes; c'est un dieu cruel et "punisseur"...

AITA. Tombe de l'Ogre.(IIè s.av.J.C.).Necropole de Monterozzi. Tarquinia.

AITA. Tombe de l'Ogre.(IIè s.av.J.C.).Necropole de Monterozzi. Tarquinia.

VANTH. Tombe François. Vulci.(IIIè-IIè s.av.J.C.)

PHERSIPHAI./Perséphone/Proserpine.

Parèdre d'Aita, déesse des Enfers, avec une chevelure entremêlée de serpents mais somptueusement vêtue et parée de bijoux (dans la Tombe de l'Ogre, elle figure à côté d'Aita mais la fresque est très endommagée...)

VANTH/Hécate.

Les dieux des Enfers ne sont pas tous animés de mauvaises intentions.

Vanth par exemple, fréquemment représentée ( sur les parois de tombes, sur des vases, des sarcophages, des miroirs ) était chargée d'assister les mourants. C'est une jeune femme aux ailes multicolores...pas vraiment démoniaque...

Au dos d'un miroir, on la voit à l'arrière-plan, vêtue d'un court chiton et chaussée de hautes bottes. Elle tient une torche allumée...Sur un autre, elle a en main un volumen où est inscrit son nom. Que contenait-il d'autre ? Peut-être un texte sacré, l'histoire du destin individuel d'un défunt, un texte des libri Achéronti, un itinéraire de l'au-delà ?

Elle porte parfois une torche renversée : pour éclairer le monde inférieur ?

Vanth attend l'instant de la mort pour entrer en fonction et conduit le défunt à travers l'obscurité et les embûches du chemin. C'est une sorte de guide, de conductrice solennelle et bienveillante, un génie psychopompe. Elle n'a pas d'équivalent chez les Grecs. Cependant, ses fonctions évolueront justement sous l'influence d'autres cultures ( grecque et italiote) où elle aura alors une pluralité d'aspects pour s'adapter, au IVè s, à la complexité croissante des croyances et des représentations de l'au-delà.

Mon commentaire s'inspire d'une étude de Jean-René Jannot sur les Divinités plurielles.(1997) mais il est vrai qu'on aimerait en savoir davantage sur cette divinité si nuancée

A suivre...