Au Fil du Temps

Au Fil du Temps

Menu
TARCHON (4)

TARCHON (4)

Tarchon ou Tarchnte (qui vient de Tarquinia et qui l'aurait fondée...) serait lié aux origines lydiennes des Etrusques et aurait recueilli les enseignements de Tagès, l'enfant divin né miraculeusement d'un sillon de la terre et initiateur de l'etrusca disciplina. Cela serait d'ailleurs attesté dans les inscriptions des Elogia Tarquiniensia dont nous avons déjà parlé...

TARCHON est un personnage très révéré en Etrurie à plus d'un titre puisque, d'après Hérodote (historien grec du Vè s. av..J.C.), il aurait guidé une partie des Etrusques, forcés de quitter la Lydie à cause de la famine, vers l'Italie, chez les Ombriens.

Son frère Thyrrhenos et lui auraient fondé les douze villes de la dodecapole étrusque à savoir :

VELTHRA (Volterra)

ARRETIUM (Arezzo)

CURTUM (Cortone)

PERUSNA (Perouse)

CLEVSIN (Chiusi)

POPULONIA (Fufluna)

VETLUNA ( Vetulonia)

VELZNA (Volsinies)

TARCHNA (Tarquinia)

VELCH (Vulci)

VEIES (Veio)

CAERE (Cerveteri)

Nous aurons l'occasion de revenir sur ces villes étrusques de première importance mais que dire encore sur la personnalité de TARCHON ?

Les informations qui nous sont rapportées restent très aléatoires étant essentiellement légendaires.

Il fut donc le fondateur de la ville de Tarquinia (Tarch-na= qui appartient à Tarchon...) et aurait été le premier haruspice étrusque, cet intermédiaire religieux entre les dieux et les hommes et qui déchiffrait leurs volontés par l'observation du foie des victimes animales.

Rappelons que cette forme de divination fut réservée par la suite aux membres des grandes familles royales puis aux classes dominantes, leur assurant un prestige évident.

Vers le VIè s. av. J.C., les Grecs auraient appris cet art des Etrusques qui le tiendraient eux-mêmes des sumériens ( divination babylonienne vers 2000 av. J.C. ). De nombreuses scènes d'haruspicine décorent des vases et céramiques attiques et quelques miroirs étrusques.

Miroir étrusque avec l'haruspice grec Calchas observant un foie (Vulci, Vè s.avJ.C.) . Musée du Vatican.

Miroir étrusque avec l'haruspice grec Calchas observant un foie (Vulci, Vè s.avJ.C.) . Musée du Vatican.

Les Romains garderont longtemps cette pratique aristocratique étrusque dans leur religion officielle; de prestigieux personnages comme Pompée, Sylla, César, avaient leurs haruspices personnels...Faut-il rappeler que c'est l'haruspice Titus Vestricus SPURINNA qui avait dit à César de se méfier des Ides de Mars avant son assassinat !

L'empereur Claude, qui comprenait encore la langue étrusque, créera un collège de 60 haruspices qui perdurera jusqu'en 408 ap.J.C.

L'empereur Constantin interdira définitivement la pratique divinatoire étrusque en 392 ap. J.C.

Enfin nous connaissons bien le miroir de Tarchon ( en bronze, du IVè s. av.J.C.) décoré finement d'une scène d'haruspine où un haruspice appelé avl Tarchunus enseigne cet art à un jeune homme (son fils?) nommé Pava Tarchies : tous deux observent un foie...

Pour un commentaire précis de ce miroir, lisez l'ouvrage de M. PALLOTINO :

Uno specchio di Tuscania e la leggenda etrusca di Tarchon. (1930)

Miroir de Tarchon ciselé avec scène d'haruspicine. (IVè s.av.J.C.) Musée Archéologique de Florence.(Dessin de Mel Copeland)

Miroir de Tarchon ciselé avec scène d'haruspicine. (IVè s.av.J.C.) Musée Archéologique de Florence.(Dessin de Mel Copeland)