Au Fil du Temps

Au Fil du Temps

Menu
L'archéologie au présent.

L'archéologie au présent.

Extrait du catalogue de Lazkano.Ikusmira. Exposition 2016 au Kubo de San Sebastian-Donastia. "Las nubes no se disiparan o el espacio en multiplicacion"

Extrait du catalogue de Lazkano.Ikusmira. Exposition 2016 au Kubo de San Sebastian-Donastia. "Las nubes no se disiparan o el espacio en multiplicacion"

      Il s'agit tout simplement d'une réflexion...

   La façon dont nous percevons le temps, le présent, le passé et les vestiges des civilisations disparues est éminemment subjective; c'est une dimension qui ne peut interférer dans une recherche archéologique, essentiellement scientifique dans sa démarche, lente et patiente remontée dans le temps. Une longue enquête dans l'histoire des civilisations, dans un substrat où le présent n'a pas sa place...Et pourtant nous en vivons...     En effet, des moments de temps passé nous parviennent incessamment par fragments, fragments excavés par des archéologues, restaurés par des restaurateurs, présentés par des muséologues, analysés par des experts, vus par des visiteurs, répétés dans des reproductions, des fragments de fragments dans une multitude de tribulations historiques dans lesquelles nous nous perdons mais qui nous hantent  et se traduisent ou se manifestent en visions, enrichissant les paysages de notre environnement présent.  Ces paysages, qu'ils soient réels ou mentaux sont le plus souvent investis de cette multitude d'images temporelles, fragmentaires mais prégnantes, d'ailleurs à la source de créations artistiques dont l'archéologie n'a que faire alors même qu'ils sont à l'origine de bien des vocations de chercheurs.                                                                             .                                                                 

          Revenons donc au sujet précis de notre propos à savoir l'importance du passé dans notre gestion du présent car tout ce qui nous vient des civilisations antérieures conforte et oriente notre futur.                  C'est pourquoi, en ce qui me concerne, je ne peux dissocier  archéologie étrusque et histoire de l'art en général. Les deux nourrissent mon imaginaire en permanence.

S'agissant d'étruscologie, la quête est d'une richesse infinie car cette archéologie très spécifique, actuellement en évolution exponentielle, comble bien des attentes... 

L'exposition de l'artiste basque LAZKANO qui jongle en virtuose avec les perspectives spatio-temporelles relance avec acuité cette préoccupation majeure qui est sans doute à l'origine de ce blog :

AU FIL DU TEMPS