Au Fil du Temps

Au Fil du Temps

Menu
Populonia

Populonia

Populonia, bâtie sur une presqu'île, seule grande ville étrusque située au bord de la mer Tyrrhénienne...

Populonia, bâtie sur une presqu'île, seule grande ville étrusque située au bord de la mer Tyrrhénienne...

Le site de Populonia et le port dans le Golfe de Baratti.
Le site de Populonia et le port dans le Golfe de Baratti.

Le site de Populonia et le port dans le Golfe de Baratti.

Populonia ou Pupluna ou Fufluna, la ville de Fufluns, le Bacchus étrusque...

Ses origines remontent au IXè s. av. J.C. Elle deviendra deux siècles plus tard le plus grand centre métallifère de l'Etrurie !

Ce grand site de métallurgie étrusque bordait le golfe de Baratti face à l'île d'Elbe.

 

 

Au VIè s. av. J.C, le territoire étrusque s'étend de la plaine du Po jusqu'à la Campanie au sud. Les archéologues du XIXè siècle se sont longtemps demandé si la métallurgie avait joué un grand rôle dans l'étonnante prospérité de l'Etrurie de cette époque. Les artéfacts en fer qu'ils trouvaient dans les tombes environnantes prouvaient  qu'il devait exister des centres d'extraction de ce métal, des forges, des fonderies..

En 1910, une société minière met à jour plusieurs tombes d'aristocrates étrusques de Populonia enrichis par le commerce des métaux.

 

Falaise de scories dans le golfe de Baratti (vers 1920-1930 ?) et reconstitution de fours étrusques. Photos du WWMM(WorldWideMetaMuseum).Falaise de scories dans le golfe de Baratti (vers 1920-1930 ?) et reconstitution de fours étrusques. Photos du WWMM(WorldWideMetaMuseum).

Falaise de scories dans le golfe de Baratti (vers 1920-1930 ?) et reconstitution de fours étrusques. Photos du WWMM(WorldWideMetaMuseum).

Les déchets édifiés, non pas en terrils mais en falaise autour de Populonia provenaient de l'extraction du minerai de fer de l'île d'Elbe mais aussi des gisements de cuivre, de plomb, d'argent, de zinc et d'étain de territoires environnants. Accumulés durant des siècles, ils ont caché les nécropoles révélant par la suite nombre de tombes étrusques intactes.

Les derniers chiffres sont révélateurs : environ 2,5 millions de tonnes de minerai de fer auront été fondus par les Etrusques dont 700000 tonnes de fer...

L'exploitation de ces richesses minières a donc fait la fortune de Populonia, port commercial exportateur de fer dans toute la Méditerranée dès la période orientalisante (VIIIè-VIIè av. J.C.) qui lui a valu le surnom de "Pittsburgh de l'Antiquité" !

Ainsi, tout le Sud de la province de Livourne, de Volterra à Massa Marittima est encore plein de vestiges de cette activité métallurgique, en grande partie éteinte au début de notre ère mais dont le géographe grec STRABON a encore été témoin dans la campagne autour de Populonia puisqu'il en décrit les mines abandonnées...( cf. Strabon, Géographie, Livre V, chap. II, 6  en ligne : .http://remacle.org/bloodwolf/erudits/strabon/livre52.htm )    Ce n'est qu'en 1830 que l'exploitation des gisements reprendra, là où les Etrusques avaient eux-mêmes creusé...( traces visibles de rouges excavations et de puits dans la zone de Campiglia Marittima au nord-est de Populonia.).

  • A ce sujet, le musée archéologique du territoire de Populonia à Piombino est une véritable  "mine" d'informations...
  • Pour plus amples précisions sur l'histoire de l'exploitation des mines en Toscane, je recommande la lecture de la première partie (qui concerne la métallurgie des Etrusques) du mémoire de L.SIMONIN, ingénieur civil des mines (Annales des Mines, tome XIV, 1858).http://www.annales.org/archives/x/Toscane.html
  • je reviens toujours au travail et aux explications claires et fournies de Jacques Heurgon dans La vie quotidienne chez les Etrusques, Hachette, 1961 (Epuisé !) .Chapitre : Le pays étrusque, p 153 à 158 . On y trouvera la description des fours et des fourneaux étrusques...(voir l'illustration ci-dessus)

Faut-t-il rappeler que le bronze, alliage de cuivre, d'étain et de plomb, a précédé le fer et que tous ces métaux, même si certains d'entre eux étaient importés, existaient en Etrurie ?

Venant de l'île d'Elbe, appelée Aithaleia (noire de suie) en grec, le fer d'abord traité sur place traversa les 10 km qui la séparent de Populonia sur des navires de charges, là où on pouvait le traiter plus facilement dans des fourneaux sans doute plus perfectionnés et surtout parce qu'on manquait de bois sur l'île !

Quoi qu'il en soit, on peut dire que Populonia a été la capitale industrielle du monde étrusque.

Ci-contre, l'hématite d'où l'on extrait le FER.(photo du WWMM)

 

Mais cette cité présente aussi un autre intérêt archéologique : le Parc du Val de Cornia (Parco archeologico di Baratti e Populonia) sur près de 80 ha renfermant dans ses collines de grès une remarquable nécropole orientalisante et archaïque (VIIè-VIIè s. av. J.C.)

J'ajoute ici une video qui permettra de mieux visualiser le site présenté. Le commentaire est en italien mais les images sont éloquentes...

 

A  SUIVRE.