Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
A la recherche des Etrusques...
A la recherche des Etrusques...
Menu
Plaques peintes "BOCCANERA" (4)

Plaques peintes "BOCCANERA" (4)

                                                RAPPEL

Nous sommes toujours avec les plaques en terre cuite peintes de CAERE-CERVETERI (VIè s. av. J.C.) et nous cherchons maintenant à interpréter la représentation de la série "Boccanera" du British Museum.

Ensemble des personnages figurant sur les trois plaques du British Museum (VIè s; av. J.C.)

    Les nombreuses recherches entreprises par les étruscologues des deux derniers siècles ont permis d'avancer et de retenir une hypothèse d'interprétation pour cette curieuse réunion de figurants dans cette scène qui reste énigmatique pour qui n'en a pas les clefs...

    Il s'agirait d'une décoraration murale présentant les héros principaux du mythe grec : Le jugement de Pâris, mythe bien connu des Etrusques à l'époque.

UN MYTHE GREC sur les parois d'une tombe étrusque du VIè s. av. J.C. à Cerveteri ?

        Il faut d'abord rappeler l'engouement des Etrusques pour les récits fabuleux importés de Grèce et l'iconographie qui en découle, introduits grâce aux nombreux contacts commerciaux diffusés dans les ports animés de Spina (au nord en bord adriatique au VIIè s.), de Gravisca (mer Tyrrhénienne, au VIè s. ) et de toutes les colonies de la Grande-Grèce ( VIIIè s. av. J.C. Tous ces ports ont largement contribué à répandre les mythes et hauts faits des rivaux commerciaux de populations qui en étaient dépourvues : connait-on des épopées ou mythes villanoviens ou autochtones à cette époque ? Non...

      Le contexte funéraire de la découverte des frères Boccanera peut poser problème : une tombe restée anonyme de la nécropole de la Banditaccia...Certes, mais les plaques ont pu être transportées là pour leur préservation et avoir précédemment servi à la décoration d'édifices publics ou de temples(tout comme les plaques Campana qui ont parfois été interprétées comme une illustration du sacrifice d'IPHIGENIE...). 

     Ces décorations murales ont-elles été exécutées à la seule gloire de riches défunts propriétaires des tombes ?

 

Le jugement de Pâris vu par des Etrusques

 

Pâris, Hermès, Athéna, Héra et Aphrodite...

       L'épisode est d'importance puisqu'il est à l'origine de la Guerre de Troie, récit d'Homère d'abord chanté, déjà célèbre et très populaire (composé entre 850 et 750 av. J.C., il narre les évènements de la guerre mythique entre Achéens et Troyens). Il ne sera mis par écrit qu'au VIè s. av. J.C. date à laquelle les plaques auraient été peintes...

Aux yeux des partisans de cette interprétation présumée, quels détails signifiants ont été retenus ?

Partie gauche

Faut-il rappeler que c'est Hermès, l'instigateur du "jugement de Pâris" ? Il va pousser le prince troyen Pâris  devant les trois déesses Athéna, Héra et Aphrodite  pour le fameux prix de beauté. Aphrodite élue, donnera en échange  la belle Hélène, épouse du chef grec Ménélas, roi de Sparte, à Pâris qui va la ramener à TROIE...

On retrouverait ici les principaux protagonistes cités : Pâris, Hermès, Athéna, Héra et Aphrodite d'après certains détails "signifiants" :

PARIS (version étrusque: Alcentre) tenant un végétal 

HERMES (Turms) sur l'épaule, un bâton décoré d'une miniature animale sculptée et coiffé du fameux pétase   

ATHENA (Menrva) une couronne à la main et une autre végétalisée sur la tête; avec bracelets et tenant une lance

HERA (Uni) l'épouse de Zeus, tenant 3 grenades 

APHRODITE  (Turan) aux formes épanouïes et dévoilées, tenant un bouquet garni de grenades ...

 

 

Partie droite : pour la belle HELENE !

Hélène et ses suivantes

HELENE (Elinei en étrusque) première femme à droite à longue coiffure, porte des bracelets et soucieuse de sa tenue, ajuste sa ceinture. Ses suivantes portent ses accessoires de beauté (alabastre et pyxide); pourquoi se couvrent-elles la tête ?

   En l'absence de toute autre interprétation, celle-ci est présentée sous toute réserve. Elle reste néanmoins peu probante et toujours contestable...



L'imagerie des plaques BOCCANERA révèlerait donc la vision étrusque cérétaine du mythe grec du Jugement de Pâris...A confirmer !

 

A SUIVRE : Une plaque surprise ...